PHARES : Par delà le Handicap, Avancer et réussir dans les Etudes Supérieures

Qu'est-ce que PHARES ?

Le programme Phares, acronyme de « Par-delà le Handicap, Avancer et Réussir des Etudes Supérieurs » a vu le jour en 2008 grâce à la Fédération Etudiante pour une Dynamique Etudes et Emploi avec un Handicap (FEDEEH). La volonté initiale était de pouvoir proposer des ateliers organisés par des étudiants à des jeunes en situations de handicap.

Il ne s’agit ni de cours de soutien scolaire, ni d’accompagnement médical ou psychologique, mais plutôt de temps d’échange afin de faire découvrir à des jeunes, parfois mis à l’écart, de nouvelles perspectives d'avenir. L’objectif est ainsi de leur donner confiance en eux et de leur montrer qu’ils sont capables, eux aussi, d’exercer le métier de leur rêve.

Grand Bureau Prépa'Rémois 2021

C’est en 2013 que le programme Phares a fait ses débuts à Reims au sein de l’association Prépa’ Rémois et en partenariat avec le rectorat. Chaque année, ce sont une vingtaine d’étudiants de l’école de commerce Neoma Business School qui accompagnent ces jeunes à travers des ateliers mais aussi des sorties culturelles ou des voyages.

Le Bureau de Prépa'Rémois

Les bénéficiaires

Les jeunes qui suivent le programme Phares sont scolarisés en milieu scolaire classique, de la classe de quatrième jusqu’aux études supérieures. Ils sont tous en situation de handicap, que ce soit physique ou mental. Cependant, cela ne les empêche pas d’être volontaires et motivés pour participer à toutes les activités proposées par l’association.

Enfant dans la librairie

Ces adolescents peuvent intégrer le processus Phares de différentes manières. La plus courante est lorsqu’un des professeurs du jeune connaît l’existence de ce programme et décide d’en parler à sa famille car il pense que cela pourrait lui correspondre. Néanmoins, une famille qui a entendu parler de Phares et dont l’un des enfants est en situation de handicap peut également, de sa propre initiative, prendre contact avec un membre de l’association afin d’y inscrire son enfant.

Le programme PHARES

Au quotidien, ce sont en moyenne deux ateliers par mois, qui se déroulent le samedi après-midi sur le campus de Neoma. Des groupes sont réalisés en fonction de l’âge des jeunes. Les étudiants en post-bac, par exemple, sont regroupés ensemble afin de faciliter les échanges. Il y a environ 5 à 8 jeunes pour 3 étudiants. Les effectifs sont volontairement réduits car le but est de créer des groupes de confiance où tout le monde se sent à l’aide.

 

 

Le handicap n’est jamais abordé, au contraire même. Phares est l’occasion pour ces jeunes de se retrouver avec d’autres adolescents dans la même situation qu’eux. Ils peuvent donc prendre plus facilement la parole sans nécessairement craindre d’être jugé ou mis à l’écart.

 

 

Les ateliers commencent toujours par une revue de presse afin de débattre des sujets d’actualité. L’objectif est d’informer les jeunes afin qu’ils s’intéressent davantage au monde qui les entoure. Ensuite, un sujet qu’ils ont eux-mêmes choisi lors de l’atelier précédent est abordé par les étudiants. Parmi les thèmes présentés, on retrouve par exemple les mythes et légendes, les prix Nobels ou encore l’espace.

Atelier PHARES 2021

Atelier du 20/01/2019

En plus de ces ateliers de tutorat, les jeunes peuvent aussi bénéficier gratuitement de sorties culturelles organisées et financées par l’association. Il peut s’agir de sortie au cinéma, au musée ou encore au théâtre. Pour les plus grands, la Sim’Onu est organisée. Il s’agit d’une mise en scène dans laquelle chaque jeune représente un pays pour lequel il doit défendre certains intérêts. De plus, une fois dans l’année, tous les jeunes et les étudiants se retrouvent pour faire un voyage de plusieurs jours. En 2019 par exemple, tous les tuteurs et les tutorés Phares étaient partis à Bruges.

 

Sim'ONU 2021 Prépa'Rémois

Sim'ONU 2021

Voyage à Bruges 2019 Prépa'Rémois

Voyage à Bruges 2019

Ainsi, ces ateliers Phares permettent à ces jeunes en situation de handicap de s’ouvrir davantage au monde qui les entoure. Passer quelques heures par semaine à parler de sujets d’actualité ou de culture générale leur permet de faire tomber certaines barrières comme la timidité ou l’isolement. C’est toujours avec bienveillance que ces adolescents sont encouragés à s’exprimer et à défendre leur point de vue, tout en apprenant également à écouter celui des autres.

Charline VIAL